4
Hangar en béton armé du port aérien de Bron - 1932
d’après le concept novateur de l’ingénieur Albert Caquot
1932 - 2012
Une page de l’histoire du patrimoine aéro-
nautique français s’est tournée le 28 juin 2012
sur l’aéroport de Lyon-Bron. Construit tout
juste après la première aérogare de Bron il
y a quatre-vingts ans, il n’aura pourtant fallu
que quelques jours pour démolir cet édifice
considéré comme le premier exemplaire
français de hangar avion en béton armé de
type “double auvent”.
Surnommé localement “le Caquot”, ce
hangar à la forme atypique, avec sa proue
en forme de vigie et ses auvents rappelant
des ailes d’avion, avait sû conserver quelques
traces d’un passé plus glorieux.
En 1931, la Chambre de Commerce de Lyon
décidait de doter la plateforme d’un hangar
avions de “nouvelle génération”. Sur un pro-
gramme directement inspiré des études du
service des Bases du Ministère de l’air, rat-
taché à l’époque à la direction d’Albert
Caquot, les architectes Chomel & Verrier,
auteurs de la première aérogare de Bron,
furent chargés d’en exécuter les travaux.
L’entreprise Limousin, avec pour ingénieur
Gaston Le Marec (successeur d’Eugène Fre-
yssinet dans cette entreprise), remporta le
marché de construction. Le hangar fut livré
en 1932, le premier d’une série de hangars
du même type construits sur différentes plate-
formes aéronautiques, en France comme
au Maroc ou au Brésil.
Lourdement bombardé en 1944, le hangar
fut reconstruit quasiment à l’identique, avant
de connaître quelques années plus tard des
modifications importantes, lui faisant per-
dre sa destination aéronautique première
au profit d’un garage pour les véhicules
d’intervention et de sécurité de la plate-
forme (SSLIA).
introduction
Les perspectives de développement de
la plateforme aéronautique de Bron, les
contraintes d’exploitation et son état de
dégradation ont eu raison de ce vestige
de l’architecture aéronautique des an-
nées 30. Depuis un nouveau hangar pour
l’entretien des véhicules d’intervention du
SSLIA de l’aéroport est venu s’intercaler en-
tre l’aérogare et le restaurant de l’aéroport.
Cependant, le travail mené conjointement
par la mission mémoire de la Direction gé-
nérale de l’Aviation civile (DGAC), le Service
National d’Ingénierie Aéroportuaire (DGAC/
SNIA) et les Aéroports de Lyon a permis la ré-
alisation de supports oeuvrant à sa mémoire.
A côté des maquettes et outils de reconstitu-
tion virtuelle, le présent ouvrage se veut, à
son tour, apporter une pierre au maintien de
la mémoire de cette réalisation historique.
Vue aérienne du hangar “Caquot” en juin 2011
source : bing.fr
1,2,3 5,6,7,8,9,10,11,12,13,14,...36