10
L’apport d’Albert Caquot à la production architec-
turale aéronautique
Albert Caquot (Vouziers 1881-Paris 1976)
Ingénieur (X- P&C promotion 1899)
Albert Caquot fut considéré comme « le plus grand des
ingénieurs français vivants » pendant un demi-siècle. Doté
d’une faculté d’invention féconde et variée, son gé-
nie mécanicien et visionnaire s’appliqua aussi bien à la
construction aéronautique naissante qu’à la réalisation
d’ouvrages en béton armé, avec plus de 300 ponts et
barrages de tous types, dont plusieurs furent des records
dumonde, et desœuvres de génie civil les plus variées.
(Extrait de la notice biographique d’A. Caquot sur Wikipedia)
Collection Musée de l’Air
et de l’Espace
1928 : A. Caquot est rappelé au ministère de l’Air
1928 : Directeur général des
Services techniques et industriels de
l’Aéronautique au ministère de l’Air
Les liens entre Caquot et l’aviation commen-
cèrent dès son service militaire en 1901-1902
au sein du bataillon de sapeurs aérostiers du
génie. C’est ainsi qu’en 1914, s’inspirant des
observations qu’il a pu faire sur les dirigeables
du colonel Renard,
“il conçoit un nouveau
modèle de ballon captif destiné à emporter
des observateurs de l’armée de terre, qu’il
adapte pour répondre aux besoins de la
flotte anglaise. De nombreux ballons Caquot
seront utilisés par les flottes anglaise et fran-
çaise pendant le premier conflit mondial. Le
11 janvier 1918, Albert Caquot est nommé
Directeur technique de la Section technique
de l’aviation militaire ; dans l’exercice de
cette responsabilité il donne une impulsion
nouvelle à la conception et à la construction
en série de nouveaux appareils. “
(1)
Suite à la création du ministère de l’Air en
1928, A. Caquot renoue avec le monde de
l’aviation après s’être brillamment illustré
pendant plus d’une décennie dans l’étude
et la construction de ponts mais aussi, dans le
développement de hangars pour l’aviation
militaire au sein du bureau d’étude Pelnard-
Considère-Caquot .
Nommé directeur général des Services Tech-
niques et Industriels de l’Aéronautique au
ministère de l’Air le 18 octobre 1928, Caquot
innove en créant de nouvelles institutions
(Ecole Sup’aéro), des laboratoires (Soufflerie
de Chalais-Meudon) et les Instituts de Mécan-
ique des Fluides.
Durant les six années passées au poste de
directeur général, il développe particulière-
ment les réflexions autour d’une architecture
spécifique à l’aviation.
C’est ainsi qu’il est à l’origine de la concep-
tion des hangars en béton armé à double
auvent, dont le concept ne s’inspire plus
seulement des techniques éprouvées sur les
ouvrages d’art mais témoigne d’une vérita-
ble réponse fonctionnelle aux contraintes de
stationnement des avions. Les plans retrouvés
et articles de presse de l’époque donnent un
aperçu de ces hangars d’un genre nouveau
et voués à une généralisation sur de nom-
breux aérodromes.
1,2,3,4,5,6,7,8,9 11,12,13,14,15,16,17,18,19,20,...36