| Les ailes de Saint-Yan
Saint-Yan, 60 ans de formation
Jusqu’en 1987, les formations tradition-
nelles se poursuivent :
• sélection et formation des EPL (A et A’),
• présélection et formation des PP1 (for-
mation continue),
• formation des mécaniciens navigants,
• sélection et formation de pilotes pour
les compagnies aériennes francophones
(Air Algérie, Air Afrique, Air Gabon, Air
Mauricius, Air Madagascar, etc., dans le
cadre de la coopération),
• formation des instructeurs PP1 (IPP1).
Les avions utilisés sont les biturbopropul-
seurs Nord 262 et les biréacteurs SN 601
Corvette. Les moyens au sol sont impor-
tants : simulateur Nord 262, entraîneurs
au vol LMT 350, tunnel à fumée pour
l’entraînement au CSS (certificat sécurité
sauvetage), cockpit-trainer SN 601, sans
parler des salles de cours multimédia, des
stations d’enseignement assisté par ordi-
nateur et du laboratoire d’anglais.
Mais il faut être prêt pour répondre aux
exigences européennes et au « grand
marché ». Dans le cadre de l’harmoni-
sation des licences, le PP1 disparaît en
1989. Pour le remplacer, dès 1990 la for-
mation pratique complémentaire (FPC) se
met en place.
Saint-Yan n’a plus le monopole des forma-
tions de haut niveau. La concurrence est
là, avec les filières
ab initio
créées par les
compagnies. Il faut maintenant vendre les
formations, le centre est en compétition
avec d’autres écoles.
Ce passage d’une logique de service pu-
blic à celle commerciale du marché s’ef-
fectuera sans heurts, grâce à la compré-
hension de tous les personnels prêts à
affronter ce nouveau challenge.
Les Nord 262 quittent Saint-Yan progressi-
vement pour laisser la place à une nouvel-
le génération de biturbopropulseurs, les
B 200. Les compagnies aériennes achè-
tent maintenant les formations du servi-
ce. Les stages FPC proposés comprennent
70 heures de cours au sol, 35 heures de
simulation sur LMT 350 ou ALCATEL 290
(nouveaux simulateurs B 200 avec vi-
sualisation) et 36 à 60 heures de vol sur
SN 601 ou B 200 suivant accord avec les
compagnies. Air France, Air Inter et UTA
sont les principaux clients.
A la fin de 1993 on prépare la FTE (forma-
tion au travail en équipage), prélude aux
nouvelles licences européennes de Pilote
de Ligne.
Entre 1982 et 1993, d’autres missions ont
été réalisées à Saint‑Yan : formation de
PNC (Air Littoral par exemple), formations
d’ingénieurs navigants (futurs pilotes dans
le cadre de la disparition du 3
ème
homme
d’équipage pour les avions de nouvelle
génération) sans parler des missions SAR
et des nombreuses liaisons ministérielles.
Il faut noter enfin qu’en 1983, lors des
travaux de rénovation de la résidence du
centre de Montpellier, le début de la for-
mation des A 23 s’est effectué à Saint-Yan
sur les premiers TB 20. Rappelons aussi
pour la petite histoire que les EPL se sont
vus appeler un certain temps EPT.
La formation de 1982 à 1993
Georges Vallette
,
chef de centre 1982-1993
32
Saint-Yan, dans le cœur des pilotes de France et d’ailleurs...
1...,22,23,24,25,26,27,28,29,30,31 33,34,35,36,37,38,39,40,41,42,...61