Aviation civile, une administration dans Paris , 1919-2009 - Pierre Lauroua - DGAC, Collection mémoire de l'aviation civile - page 158

Il en sera autrement. La première étape se limite à l’Ecole, installée
au Fort de Saint-Cyr depuis l’après-guerre, et au groupement de
météorologie instrumentale de Magny. La première tranche de
travaux, concernant le restaurant et les résidences des élèves est
lancée en février 1977 et la deuxième, concernant l’Ecole et les
laboratoires de l’EERM, en décembre 1980. Le transfert s’opère
à l’été 1982.
La deuxième étape concernera le SCEM (qui a succédé au SMM)
et une partie de l'établissement de recherches, notamment le centre
de recherches en météorologie dynamique (CRMD), délocalisés
en 1991. Quant à la direction générale, elle restera parisienne,
réintégrant après le départ du SCEM les bâtiments de l’Alma où
elle séjournera près de vingt ans avant de rejoindre Saint-Mandé
à l’automne 2011.
27 août 1977, Toulouse, pose de la première pierre de l’Ecole nationale de
la météorologie. De gauche à droite Jean Salva, directeur départemental de
l’Equipement, Raymond Marcuard, adjoint au directeur des Bases aériennes,
Roger Mittner, directeur de la Météorologie, Jacques Seneca, ingénieur en chef
de la météorologie, conseiller de direction, chargé du suivi du projet, Tony Roche,
préfet de Haute-Garonne, Marcel Cavaillé, secrétariat d’Etat chargé des Transports
et Raymond Barre, Premier ministre.
12 ans entre Paris et Toulouse
En juillet 1972 Pierre Messmer, tout nouveau Premier ministre,
de passage à Toulouse, annonça le transfert dans la ville rose des
services centraux de la Météorologie. Seraient concernées 1 500
personnes, à loger dans 150 000 m
2
de bureaux et installations
diverses. La maîtrise d’ouvrage fut confiée à la DMN et à la
direction des Bases aériennes, la conduite des études au STBA
et la conduite des travaux à la DDE. Dès le mois de février, avant
même la décision du Premier ministre, Jean Bessemoulin m’avait
demandé de reprendre le dossier du remembrement des services
de la météo au départ en retraite de Georges Mathieu.
Pierre Baudis, maire de Toulouse, offrit comme prévu 51 ha
de terrains sur le site du Mirail. Le contrat de localisation passé
avec la mairie ne fut signé que bien plus tard, en avril 1981.
Les sociétés SERI (bureau d’études de la Régie Renault) puis
SFICA établirent les programmes d’opération, négociés avec
le ministère de l’Equipement et approuvés par la direction du
Budget. Un concours d’architecture à deux niveaux fut organisé,
dont le jury présidé par Jean Bessemoulin et Georges Meunier
porta son choix sur le cabinet toulousain de René Viguier assisté
de son fils Jean-Paul, la SETAB intervenant comme bureau
d’études. La première phase de travaux concernait les VRD
secondaires, l’Ecole, une partie de l’établissement de recherches,
le restaurant et les espaces paysagers extérieurs. Anticipant sur le
démarrage des travaux, Raymond Barre, Premier ministre, posa
la première pierre le 27 août 1977.
Dès 1976, les aspects sociaux du transfert avaient justifié la
création d’une mission spécifique, confiée à Patrick Brochet,
ce qui me permit de me consacrer entièrement aux aspects
immobiliers. Depuis le début des travaux je participais
à Toulouse à des réunions hebdomadaires interservices,
accompagné en particulier de Claude Maisonnier, du STBA ;
j’étais par ailleurs secondé par Abel Warcoin.
Le transfert de l’ENM et du centre de recherches de Magny-
les-Hameaux intervint à l’été 1982. On aurait pu penser
que la deuxième phase suivrait sans tarder : il n’en fut rien,
ni la DMN, ni l’Equipement, ni les Finances n’y voyaient
d’urgence. Je rejoignis l’inspection générale en 1984, après
12 années de vie professionnelle consacrées à une activité
atypique pour un météorologiste, mais qui m’avaient permis
de côtoyer le "monde" des Travaux publics et d’apprécier son
professionnalisme.
Jacques Seneca, septembre 2012.
Roger Mittner (1917-1994)
Ingénieur de la météorologie en 1945, chef prévisionniste en
1950, responsable des études techniques (aérologie et pré-
visions) en 1954, adjoint au chef de la division prévisions en
1958, directeur adjoint du service météorologique métropoli-
tain en 1962 puis directeur en 1969. Directeur de la météoro-
logie de 1976 à 1981.
1...,148,149,150,151,152,153,154,155,156,157 159,160,161,162,163,164,165,166,167,168,...452